HGEC par Damien Gillot-Rouillard
Revenons sur cet excellent serious game envers et contre tous. Des élèves de 4e l'ont testé. Chouette ! Un jeu vidéo en classe ! Bientôt, les élèves sont pris dans le jeu. Ils commencent par être dans le poste de police et se rendent compte que pour survivre il faut dire le contraire de ce que l'on pense. Ils se rendent petit à petit compte que le jeu n'est pas facile et que leur personnage peut très vite perdre donc être emprisonné ou tué... La sauce prend... L'heure passe... A la sonnerie, ils veulent continuer...


Quel en est le bilan pédagogique ? Certes, ça leur a plus. Mais encore ? Oui, ils se sont rendu compte de la difficulté de s'échapper d'une dictature mais aussi de s'intégrer dans un pays étranger. Ce qu'ils ont appris semblent cependant difficile à exprimer car c'est aussi du domaine du resssenti. Certains témoignent comme Thomas ou d'autres de ses camarades.




"J'ai bien aimé ce jeu. L' histoire est bien trouvée et m'a appris beaucoup de choses comme le fait qu'il fallait savoir mentir pour fuir une dictature, que ce n'était pas facile de fuir une dictature et très difficile de se réfugier dans un pays étranger avec une langue étrangère : et tout ça en m'amusant. Et les graphiques sont plutôt bien faits."
Thomas




"J'ai bien aimé ce jeu car on peut s'amuser et en même temps apprendre des choses intéressantes par exemple il faut parfois mentir en tant qu’immigré et qu'il ne faut pas faire confiance a tout le monde. En plus de ça il est assez long et très bien fait."





"Ce jeu est vraiment intéressant pour moi, il m'a montré comment cela ce passait pour fuir un pays tout en s'amusant . Je pense qu'il faudrait mettre un peu plus d'étapes pour que le jeu soit plus long. Mais j'ai appris qu'il fallait mentir pour fuir et se méfier des personnes dans la rue."





"J'ai vraiment apprécié ce jeu qui est très ludique tout en pouvant être amusant à la fois ! On peut également comprendre la situation des personnes qui doivent fuir leur pays dans de très mauvaises
conditions et qui sont ensuite voués à eux même !"


Voici un bilan du jeu fait collectivement par la classe. cela permet d'imaginer des pistes pédagogiques : 

"Pour vivre en dictature, il faut avoir les idées du gouvernement : il n'y a pas de liberté de penser, d'expression... Il est difficile de quitter son pays à cause de la police et de l'armée qui surveillent  : il n'y a pas de liberté de circulation. Il faut être méfiant de tout le monde. Quand on quitte son pays, c’est un sacrifice. On abandonne ses amis et ses affaires par exemple.

Pour quitter son pays, il faut trouver un moyen de transport, souvent dans l'illégalité. Il faut s'adapter à un nouveau pays : on subit des préjugés et du racisme, on est confronté à une langue inconnue, il faut trouver du travail ce qui est très dur, il faut se loger, il faut réussir à être en situation régulière. "